Comme le dit la chanson originale: " J'ai attrapé un coup d'soleil, un coup d'amour, un coup d'je t'aime... ", et bien la formule peut se modifier lorsque le coup est négativement violent! Ici, le coup serait plutôt un bon gros sale coup! Non, ce n'est pas le sale coup d'un collègue jaloux mais le coup de la vie... ou de la mort.

Si toi aussi tu as appris qu'un de tes proches est gravement malade, et bien toi aussi tu as certainement attrapé un coup d'camion! Apprendre qu'une personne qu'on aime de l'amour le plus pur et le plus singulier est malade c'est comme se faire arracher les tripes à mains nues sans anésthésie... C'est voir soudain la vie sous tous ses mauvais côtés, c'est ne plus pouvoir respirer.

i14j80np

Déjà après une semaine d'angoisse chronique, il est possible d'échelonner les étapes tragiques par lesquelles on passe fébrilement sans vraiment avoir le choix:


Etape 1: rencontre avec la mort (et non pas avec Joe Black.... malheureusement)

Après l'arrachage de tripes non-anésthésié, tu fais l'étrange rencontre de la mort. Tu te vois déjà accompagner à la mort, jusqu'à la mort, dans la mort bref, tu vois déjà la fin. En même temps, tu en conviendras que le mot "cancer" fait rarement penser à des petites pâquerettes toutes mignonnes!

Etape 2: les heures mouillées

Cette étape revient inlassablement, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Tu chiales. Tu pleures. Tu pleures ta race. Tu pleures ton enfance. Tu pleures l'injustice. Tu pleures ta triste petite condition d'être humain qui ne choisit ni de naître, ni de mourir. Tu pleures ta peur de voir celui que tu aimes finir au fond d'un lit blanc, plein de tubes, de médocs, de larmes, de regrets, tout maigre...

Etape 3: la surinformation

Comme nous sommes des habitants du 21ème siècle, dès que nous avons une question amour, santé, avenir, connerie et bien on ne fait pas "3615 j'ai un problème" mais on va sur in-ter-net. Et ça c'est pas très malin. On tombe sur des personnes qui ont vécu la même expérience et qui s'en sont sortis, alors on est soulagé. Puis on tombe sur des personnes qui en sont mortes, alors on est au fond du bac! Internet, ça sert à se foutre les jetons et surtout à perdre du temps.

Etape 4: l'ascenseur émotionnel

Ensuite, arrivent les moments avec et les moments sans. Pendant dix minutes tu ne ressens plus rien, tu te sens fort et prêt à tout affronter... (même Joe Black). Et les secondes qui suivent ta boule au ventre revient. Un jour tu ne mangeras rien puis l'autre tu t'empiffreras. Parfois, tu arrives même à faire des projets, puis tu les trouves ridicules. Up and down, up and down...

Etape 5: la nuit je mens

La nuit est une épreuve bien étrange quand tu sais qu'un de tes proches est face à la mort. La nuit te ramène toi aussi aux peurs primitives. Tu angoisses et autant dire que le sommeil, tu l'oublies. Alors, comme les jours passent et que chaque soir tu ressasses tout et n'importe quoi, tu essaies de mentir à ton corps et à ta tête. Tu tentes de fermer les tiroirs souvenirs, idées noires, nostalgie, mélancolie... Et tu ne penses à rien (vachement facile...).

Etape 6: voir la vie et rien que la vie

Quand tu as bien mariné tes soucis. Quand tu as bien revu le problème, de dessus, de dessous, dans un coin, à droite, à gauche... Tu te rends compte qu'il n'y a pas trente-six solutions: "à part vivre chaque minute à fond sans penser à demain, il n'y a rien d'autre à faire" !!! Alors oui, je te vois venir... le trip Carpe Diem c'est un truc de bobos mais finalement tu le comprends vraiment dans ce genre de moment.

Il est clair que ces étapes sont bien résumées et que, au final, tu vis un peu de la 1, puis de la 4, puis de la 3, puis de la 2, puis de la 5, puis de la 2, puis de la 6, puis de la 3, puis de la 2, puis de la 6 et puis et puis et puis... et pis et pis et pis.... et pipi dans un puits...

Bien à vous!